LA COMMUNICATION MUNICIPALE ...

.... dans le sens actuel du terme (c’est à dire un budget spécifique à des actions visant à informer la population sur ce qui se passe, au niveau municipal, dans sa commune) est une initiative relativement récente à Torcy puisque le premier magazine d’information remonte à 1967 (ci-contre). Encore magazine est-il un bien grand mot pour une parution annuelle tenant plus de l’annuaire-guide que du journal. Jusqu’à la fin des années 1970, cette parution annuelle reste la règle. Dès 1980, elle est complétée de façon irrégulière, tant dans le format, la mise en page ou la périodicité, d’un document, « Torcy Flash », s’attachant à coller à l’actualité municipale. Puis « Torcy Flash » va devenir, en 1982, suite à la création d’un Service d’Information Municipale, un mensuel. En 1989, il va faire place, pour quatre numéros, à « Torcy Evènement, » au format tabloïd (style « Le Parisien »). En 1991, le format tabloïd reste la norme et le nom devient « La Petite Gazette ». Elle est complétée, tous les trimestres, d’une revue « Le Magazine », privilégiant des articles de fonds permettant de découvrir soit des services de la ville, soit les talents particuliers de torcéens ou bien encore l’incidence sur la vie locale de projets nationaux, régionaux ou départementaux. En 1993, afin de coller à la nouvelle identité visuelle de la commune (voir l’article sur le logo), le journal rajoute au noir et blanc initial, le vert symbolique de la ville. La pagination s’agrandit et le titre devient « La Gazette ». En 1995, dernière modification, elle devient une revue de format A4 et, quelques mois plus tard, change sa typographie puis passe à la quadrichromie. 
Ci dessous, les différentes étapes du journal municipal jusqu'à ce jour



















(haut) Les bulletins municipaux de 1968, 1969, 1970 et 1972 ont comme dénominateur commun d'avoir une couverture dessinée par un certain J. Cazes. Si un visiteur peut nous donner des informations sur cet artiste, merci, par avance de nous les communiquer. (milieu, à gauche) Torcy Flash paraîtra de façon aléatoire entre 1977 et 1983 (la commune continuant à éditer un guide annuel) avant de devenir un mensuel. (milieu) Torcy Evènements n'aura que 4 numéros entre mars 1989 et décembre 1990. A cette date, le relai est pris par La Petite Gazette qui paraitra pendant quelques temps toutes les trois semaines avant de devenir en mars 1992, mensuelle.


... ET LE LOGO

« Présenté officiellement en Octobre 1992, (le logo) est désormais chargé d’être le vecteur de communication et de promotion de la ville vers l'extérieur en dynamisant encore plus l'image de la ville. Le choix de ce logo résulte d’une vaste consultation populaire (et d’un choix à faire) parmi six projets(voir ci-dessous) présentés au public pendant plus de deux mois dans le Hall de l’Hôtel de Ville. (Le logo retenu) est fédérateur et facilement reconnaissable, il reflète le renouveau urbain de la Ville Nouvelle tout en n’oubliant pas le vieux village. Sa couleur verte et l'incrustation de la feuille ne sont pas sans rappeler l'importance de la nature et l'environnement au sein de Torcy. Les petites vagues dans la base du « T » associe également l'eau à ce thème de la verdure. Quant à la forme de la feuille elle même, semblable à une voile de bateau, elle évoque la Base de Loisirs. Sa structure graphique est solide et forte ….(Tous ces éléments sont dans le droit fil d’un) sondage réalise auprès des Torcéens afin de savoir quelle est l’image qu’ils ont de leur ville et quels sont, selon eux, les éléments qui la caractérisent. (Cette enquête) a permis de découvrir que Torcy était vécue comme une ville résolument tournée vers l’avenir, moderne et active, qui ne renie pas pour autant ses racines anciennes de vieux village tout en respectant l'importance du cadre de vie. Certains parlent même d’une ville à la campagne où il fait bon vivre, d’une ville ouverte sur la nature. Ce sont tous ces éléments qui ont été confiés à six agences de communication et de design….(deux mois plus tard) près de trente esquisses ont été proposées aux Elus qui en ont retenus six, (lesquelles ont) été soumises au choix de la population…. (Quant au blason, il) gardera le rang qui est le sien. Reflet de notre passé, il est conservé pour valoriser notre héritage historique.» (extrait d’un article dans « Le Magazine » d’octobre 1992)

UN CHEVALIER MASCOTTE EN PIN'S ...

En 1990, les pin’s sont un phénomène national. Torcy en édite deux (Festival du Rire et Espace Lino Ventura). Un an plus tard, il est décidé d’utiliser ce moyen de communication pour promouvoir les activités sportives ou culturelles, les loisirs et les services. Pour cela, il est recherché un dénominateur commun, une sorte de personnage mascotte. Par référence au Sénéchal De Garlande, le choix se porte sur un Chevalier, « petit bonhomme sympathique, très bande dessinée afin d’être aisément reconnu » et qui va être « mis en forme » par le dessinateur « Bazoom ». Le Petit Chevalier va alors être décliné « en situation » sur 44 pin’s différents (voir toutes les photos en cliquant ici) plaçant ainsi Torcy sur la première marche nationale des collectivités créatrices de ces petits objets de métal devenus aujourd’hui des « collectors »1. .

1 Il m’a été rapporté que les pin’s « Petits Chevaliers » se négocieraient entre « philopins » (collectionneurs de pin’s) à 5€ pièce et qu’une collection complète en bon état pourrait atteindre jusqu’à 350€


.
.. ET EN BANDES DESSINÉES !

Le « Petit Chevalier » va aussi devenir le héros d’une bande dessinée mise en images par Bazoom et scénarisée par Gérard Burlet  (en réalité des petites histoires en 5/6 dessins illustrant soit la dénomination d’une rue ou d’un lieu dit, soit un événement local) qui paraît pour la première fois dans « La Petite Gazette » n°12 de Septembre 1991 et qui se poursuivra jusqu’en 1993
Ci dessous, deux de ces "historiettes" sur les voeux de 1992 et le Festival du Rire de la même année