LES REINES DE TORCY

Lors de la fête patronale de la Saint Barthélémy, il a été de tradition d'élire, jusqu'en 1974, la Reine de Torcy et ses dauphines. Ce titre était encore, à la veille de la seconde guerre mondiale, non pas celui de "Reine" mais, à l'instar de toutes les communes seine et marnaises qui procédaient à ce genre de désignation, celui de "Rosière". Selon le Dictionnaire Historique de la Langue Française (Editions Le Robert 1992)  on désignait sous ce vocable une jeune fille vertueuse à qui était décernée une récompense qui, originellement, était une couronne de roses. A partir des années 1950, le mot fut abandonné au profit de celui de "Reine". Etre Reine de Torcy n'était pas anodin. Car durant l'année qui suivait, Reines et dauphines participaient à toutes les manifestations locales. Elles pouvaient aussi concourrir au titre de Reine de la Brie (les "régions" telles que nous les connaissons maintenant n'existaient pas encore !)
 
(Ci des., de gauche à droite et de haut en bas) Une rosière des années 1920? et les Reines de Torcy 1966, 1970, 1971 et 1974.




(photo de gauche), de droite à gauche, Marie Jacob, Simone Legueulle, Carmen Frémont. Cette carte photo a été éditée par Collard à Lagny sur Marne - Information transmise par Mr Michel Troivallets (08/09/2010)



Si quelqu'un peut mettre un nom sur les visages, merci de bien vouloir nous les communiquer.

Nous les inscrirons en citant naturellement la source de l'information.

LES DÉFILÉS DE CHARS

A travers les témoignages recueillis auprès d'anciens Torcéens "de souche", il semble bien que le défilé de chars associés à la fête communale ait été un fait depuis la seconde moitié des années 1930. Auparavant, cela reste du domaine de l'hypothèse. Ce défilé, dont la préparation prenait plusieurs mois, mobilsait une bonne partie de la population pour qui ce moment était le point fort de l'année. Les chars étaient décorés de centaines de milliers de roses en papier crépon. Tous étaient créés pour l’occasion sauf  l’un d’entre eux, qui, durant l’année suivante, était le représentant de Torcy dans les défilés des communes alentours. Et comme ces dernières faisaient de même, cela garantissait, à chacune, des cortèges imposants de 25 à 30 chars. Quant au trajet, il était à peu près immuable. Après un rassemblement dans la ferme de Saint Germain des Noyers, le cortège, commençant ou se terminant par le char de la Reine et de ses dauphines, s'ébranlait et empruntait, "sans se presser", les rues de Paris, Orangerie, Jeu de Paume, Bazard, Grande Rue, Chapelle pour se terminer place place de l'Eglise. Hélas, au fil des années et du nombre sans cesse moins important de fermes (or les chars étaient pratiquement tous des remorques agricoles tirées par des tracteurs !) ces défilés offrirent de moins en moins de chars (en 1970, il n’y en a plus que 17) et il semble bien que le dernier ait eu lieu en 1974. (Toutes les illustrations de cette page, en dehors de la "Rosière" de 1920, sont tirées des bulletins municipaux annuels de Torcy des années 1967 à 1975. Scans et retouches photos © Gérard Burlet 2008)

Le défilé de 1966










Le défilé de1968



 




  

Le défilé de 1969








 

Le défilé de 1970














Le défilé de 1971