COMBIEN DE CARTES SUR TORCY ?

Vers 1990, lors d’entretiens avec Madame Denise Poitevin, torcéenne de souche née au début du XXè siècle, et avec André Peutat, ancien premier adjoint au Maire dans les années 1970, il nous a été, alors, rapporté que près de 400 cartes postales auraient été consacrée à Torcy ! Sur l’instant, Nous avons eu du mal à croire qu’un bourg de 3000 âmes (sa population jusqu’à l’arrivée de la Ville Nouvelle), au patrimoine historique réduit au seul cèdre du Liban de la rue du même nom, ait pu avoir une telle importance "médiatique". Vingt-cinq ans plus tard, ce que nous prenions pour une légende s’avère pourtant comme une réalité puisque dans l’album que nous proposons à votre curiosité, nous avons pu recenser plus de 500 cartes « torcéennes ».
Parmi les cartes présentées ont été incluses celles éditées par d’autres communes mais dont la vue représentée est celle d’un paysage exclusivement torcéen ainsi que celles marquées « Torcy » mais évoquant des lieux sans rapport avec Torcy.

OU TROUVER CES CARTES POSTALES ANCIENNES ?

Si vous êtes curieux et que vous venez de débuter (où que vous envisagez de le faire) une collection de CPA sur Torcy, votre maître mot doit être de prendre ceci comme un loisir ayant le temps devant lui.

1) Une visite au marché aux puces de Paris pour chiner dans les étals s'impose. Attention, évitez de demander au commerçant quelque chose de trop précis car les prix ont alors tendance à s'envoler.

2) Dépensez quelques € sur des sites d'enchères et de petites annonces comme Ebay ou (surtout) Delcampe. Vous n'aurez aucune difficulté au bout de quelques mois à vous constituer une collection de base assez représentative sans avoir dépensé des mille et des cents !.
3) Visitez les brocantes et vide greniers des alentours mais attention plus la manifestation, est proche de Torcy, plus, là aussi, les prix risquent de s'envoler ! Privilégiez celle du Sud du département, voire celles de l'Yonne.


Le banquet du Secours Mutuel de Torcy dans la salle arrière de la Maison Naudin, rue de Paris est une des cartes postales les plus difficiles à trouver et ayant le plus de valeur.

LES ÉDITEURS DE CARTES POSTALES (listes non exhaustives)

Avertissement : 80% des cartes présentées dans l'album photo comportent le nom de leur éditeur. L'absence de ce renseignement sur les autres tient principalement au fait que la plupart de ces cartes ont été récupérées (avant d'être "nettoyées" et recadrées) sur le Net.. Nous n'avions donc à notre disposition que leur recto. Celui-ci indiquait souvent l'éditeur mais il arrivait parfois que cette mention y soit absente ou trop illisible.

1. Jusqu’à la seconde guerre mondiale, les cartes postales sont le fait de commerces torcéens, de commerces des environs proches et de quelques éditeurs de dimension nationale.

1.1. Parmi les éditeurs « commerces torcéens » une dizaine se partagent la quasi totalité des cartes de cette  catégorie

1.1.1. Bourguignon (café à l’angle de la rue de Paris et de la rue de l’Orangerie à l’enseigne de « Café de la Poste » puis de « Au départ de l ‘Autobus » - au fil du temps les lieux deviendront une poissonnerie, un traiteur, une agence bancaire, puis de nos jours (2010) l’Agence immobilière Laforêt »)
1.1.2. Naudin
(Café Auberge de la rue de Paris devenu après la seconde guerre mondiale « Le Bal Tango » - du fait de la salle de danse située dans son arrière cour. De nos jours, c’est un café restaurant « Le Scorpio »)
1.1.3. Siméon
(receveur buraliste de la rue de Paris. Le commerce situé juste à côté de l’actuel « Coccimarket » n’existe plus aujourd’hui)
1.1.4. Blum
(receveur buraliste successeur de Siméon, rue de Paris)
1.1.5. Vasseur
(receveur buraliste)
1.1.6. Messager
(Café Restaurant à l'angle des rues de Paris et de Croissy  - auj. av. de Lingenfeld - sous l'enseigne "Café des Familles". Détruit à la fin des années 1960 lors de la construction du domaine de l'Etrier)»)
1.1.7. Cantin
(hôtel restaurant de « La Poste » situé juste en face du débouché de l’actuelle avenue de Lingenfeld. Les lieux, qui sont approximativement ceux de l’actuelle agence bancaire « Société Générale » n’existent plus.)
1.1.8. Pelardy
(Café auberge le long de la route de Noisiel près du carrefour des Cantines actuel. Les lieux n’existent plus)
1.1.9. Masson
(activité et situation inconnues)
1.1.10. Chenet
(marchand de vin probablement situé soit rue de Paris à l’emplacement actuel de « l’Auberge des Charmettes », soit Grande Rue)
1.1.11 Freling
(Cantine des Charmettes successeur des Familles Mas et Génie)

1.2. Parmi les éditeurs « commerces des environs » de cartes montrant des vues torcéennes mais situées improprement sur une autre communes, nous avons trouvé (entre autres) :

1.2.1. Belle (Noisiel)
1.2.2. Voyer
(Champs sur Marne)
1.2.3. Roch
(Champs sur Marne)
1.2.4. Alexandre
(Chelles)

1.3. Parmi les éditeurs de dimension nationale nous en avons trouvé six principaux :

1.3.1. A.Rep et Filliette (Éditeur basé à Château Thierry)
1.3.2. C.L.C
(Une maison d’édition parisienne du début du XXème siècle, dirigée par Charles L’Hôpital)
1.3.3. E.L.D
(Ernest Le Delay fut un éditeur parisien du début du XXème siècle connu pour ses clichés particulièrement nets)
1.3.4. ND Phot
(Éditeurs parisiens, les frères Neurdein, photographes, proposèrent initialement des portraits avant de se lancer, à partir de 1868, dans l’ édition de carte postales sous les marques « ND Phot » et « X ». Ils se contentaient parfois de réaliser le cliché et de laisser à d’autres les coûts de l’édition. Dans ces cas, le nom de ND Phot apparaît avec celui du nom de l’éditeur.)
1.3.5 PIC
(Nous ne savons qui est cet éditeur. Alors si quelqu'un a des renseignements, nous le remercions par avance de nous les transmettre
1.3.6 A.Rousseau
(Nous ne savons qui est cet éditeur)

2. Des années 1950 jusqu’à l’arrivée de la Ville Nouvelle, les éditeurs sont exclusivement de dimensions nationales. Parmi ceux-ci 

2.1. CIM (Éditeur qui était situé à de Mâcon, connu aussi sous le nom de Combier)
2.2. La Pie
(Éditeur qui était situé rue Garibaldi à Saint Maur des Fossés et spécialisé dans la prise de vue aérienne)
2.3. Sofer
(Éditeur qui était situé à Saint Maur des Fossés 94)
2.4. Arlix
(Éditeur qui était situé rue du Faubourg Saint Antoine à Paris XII)
2.5. Gloria Rapid Photo
(Éditeur qui était situé à Paris quai de Jemmapes ou passage des Panoramas)
2.6. Guy
(Les éditions d’art “Guy” d'André Leconte, qui étaient situées rue Ste-Croix-de-la-Bretonnerie à Paris)
2.7. Alfa
(Éditeur qui était situé rue Vieille du Temple à Paris ou rue du Moulin d’Enfer à Maison Alfort)
2.8 Alain
(Éditeur qui était situé 7 rue Gustave Courbet à Bagneux)
2.9 Raymon
(Éditeur qui était situé à Bobigny)
2.10 Studio Gloria
(Éditeur qui était situé 17 passage des Panoramas à Paris)

3. Depuis l’arrivée de la Ville Nouvelle que nous fixons arbitrairement à 1980 avec la mise en habitation totale du quartier de l’Arche Guédon, première opération sur le périmètre dit « nouveau » de Torcy), il n’y a eu, à notre connaissance que deux éditeurs de cartes postales :

3.1. La Mairie de Torcy qui a édité, en 1992, 8 modèles de cartes (tirées à 500 exemplaires pour chaque modèle) vendus à l’accueil de l’Hôtel de Ville (info août 2010 : ces cartes y sont toujours en vente à 0.80€ pièce) et au Syndicat d’Initiative.
3.2. Vis & Voluntas
, une association torcéenne qui dans le début des années 2000 va éditer 16 cartes "Hier et Aujourd'hui", chacune à 100 exemplaires. Nota : il reste une dizaine d’exemplaire de ces modèles en vente sur ce site (voir « Boutique »)


En savoir plus sur les éditeurs de cartes postales : "Dictionnaire de la Cartophilie Francophone" par Paul Armand Édition C.P.C ou Wikipédia